Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 19:54
  

Merci aux élus de Mâcon, pour cet article qui donne de l'espérance à igepac. Une énorme majorité d'élus partagent les remarques faites dans cet article mais refusent un débat sur des sujets trop souvent tabous ou ignorés.

Le prix de l'eau* sera en 2009 de 423 € pour 120 m3 à Mâcon. Il était de 369 € en 2007.

Comment justifier ces 53 euros de différence**?

L’équipe municipale assure que la délégation à Véolia et à Suez serait la meilleure solution pour les Mâconnais. Pour l'Instant elle prouve seulement qu'on paie l'eau de plus en plus cher.

 

L'eau est trop chère à Mâcon.


Pourquoi paiera-t-on seulement 337 € à Chambéry ?

Pourquoi paiera-t-on seulement 278 € à Clermont Ferrand, pour une population semblable ?

C'est très simple, l'eau est administrée par les villes elles-mêmes, en régie municipale. Leur prix de l'eau n'enrichit aucun actionnaire, aucun mastodonte de la distribution d'eau. Il n'est que le strict reflet des charges engagées par la Commune pour produire et distribuer l'eau.

 

Est-il normal de payer plus alors qu'on consomme moins, comme le montre la baisse de 6% des consommations domestiques ?

Cela veut dire que les personnes qui font attention à ne pas gaspiller l'eau, les personnes qui consomment moins car seules dans leurs foyers, payent pour celles et ceux qui sont des gros consommateurs, ceux qui ne font pas attention au gaspillage de l'eau.

 

Est-il normal de payer une part fixe très élevée même pour les consommations les plus faibles ?

La partie fixe c'est ni plus ni moins qu'une taxe obligatoire, un droit de péage obligatoire de l'eau, de la même façon que l'on trouvait, en vivant quelques siècles en arrière, la gabelle pour le sel.

 

Est-il normal que tous les Mâconnais ne paient pas la même part fixe ?

Nous avions déjà dénoncé en son temps cette disparité des prix qui fait par exemple, qu'à Loché et à Saint Jean le Priche, communes associées, on ne paie pas la même chose qu'à Mâcon, pour d'obscures raisons de structures.

Les frais sont-ils si différents à quelques kilomètres de distance ?

 

La communauté d'agglomération ne peut plus aujourd'hui faire l’impasse d'un débat sur un prix unique de l'eau, qui permette à la fois l'émergence d'un seul prix pour l'ensemble du bassin, mais aussi de réfléchir sur les moyens de le baisser. Il est temps de penser à la création d'une régie intercommunale, comme dans de nombreuses villes et collectivités qui ont repris avec succès la maîtrise de ce service essentiel.

 

Ce qui est possible ailleurs, et à grande échelle, est possible à Mâcon.

 

Aujourd'hui, le marché de l'eau connaît une vague de renégociations 1 à l’initiative de maires décidés à baisser les tarifs. A Saint-Étienne on observe une baisse de 23%, on remunicipalise à Paris. A Neufchâteau (Vosges), Venelles (Bouches-du-Rhône) ou Castres (Tarn), quel que soit le bord politique, le passage en régie s'est soldé par une baisse de prix d'environ 20% pour les usagers.

 

Quand ferons-nous cet effort à Mâcon ?

 

L'eau n'est pas un bien marchand,*** et il doit être reconnu comme un droit humain fondamental. Nous sommes pour un service public de l'eau accessible à tous, géré au plus près des besoins, et surtout transparent.

 

Article paru dans le magazine de la ville « un mois à Mâcon » du mois de décembre 2009.

Pour le groupe des élus de gauche au Conseil Municipal :

Jean-Marc BRUNIER, Nicole CLEMENT, Joëlle HYTHIER, Annie JAULT, Pierre MARTINERIE, Joëlle MARZIO, Yves PAGNOTTE, Olivier TAVIOT et Pierre TERRIER.

Contact : Secrétariat des Elus de Gauche Hôtel de Ville - Quai Lamartine-71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 39 71 49 (le matin) ou elusdegauche@ville-macon.fr

 


Remarques igepac

 


* L'eau est trop chère à Mâcon ? Pas pour tout le monde.
En 2008 le prix moyen payer par les particuliers était de 4 € le m3, 5 € pour une personne vivant seule ( personne agée, mère célibataire avec des enfants ... ou étudiant pour les moins "fortunés"). A l'hôtel, par exemple, le touriste aura de l'eau à 3 € le m3 !!! NORMAL !!!   Le pire est à voir avec la facturation de l'assainissement.

 

** Il sera intéressant de compléter l’information en calculant l’augmentation pour une consommation moyenne des particuliers de 30 et 60 m3.

 

*** Une affirmation qui demande une explication ou une suite. Si nous ne considérons pas l’eau comme un bien marchand, il faut nous dire comment la considérer.


Un constat évident : c’est un produit de consommation, ... vital.

OUI,  l'eau ne doit pas être un bien marchand ... au service d'intérêts privés.

Il est à rappeler que le montant des parts fixes n'a aucun rapport avec des longueurs de réseaux ou de frais supplémentaires. Elles servent  à vendre de grosses consommations à prix réduit ( en dessous du prix de revient ! ).  Je defie quiconque de me prouver le contraire ou, de même, de me fournir la preuve de l'existance des parts fixes dans un bilan ou un compte de résultats . 

__________________




Le mercredi 09 décembre 2009, un droit de commenter cet article a été envoyé à Monsieur le Sénateur-maire
Jean-Patrick Courtois et ses conseillers pour une participation à un vrai débat démocratique
.






Jean Dossoy
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Dossoy - dans Autres articles
commenter cet article

commentaires

google 25/11/2014 08:11

This is a very nice article with a wonderful concept.

Hervé 09/12/2009 10:30


Bravo aux élus ... de gauche.
Maintenant il faut un article d'élus de droite, il y en a qui pensent la même chose, tous ne sont pas millionnaires ou ne s'en foutent pas !


Jean Dossoy 09/12/2009 10:33



ça va venir.



Présentation

  • : Le blog de Jean Dossoy
  • Le blog de Jean Dossoy
  • : igepac en Bourgogne. Les actualités sur la gestion de l'eau et l'assainissement des communes de Bourgognne.
  • Contact

AVERTISSEMENT

Des publicités viennent s'incrustrer sur ce blog

sans mon autorisation

Jean Dossoy

Recherche Sur Overblog

Les 4 défis d'igepac

1/  La fourniture de l’eau doit être un service public et sa gestion financière doit être faite par la collectivité. 
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles.
 
3/  Pas de part fixe ( abonnement ).

4/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.

Forum : Archives

Liens