Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 00:00

peche-concours.PNGQuotidiennement, la pollution d'une rivière fait la une d'un journal régional. Voici trois exemples pour illustrer un loisir qui perdure malgré tout.

 

Au nord, la pollution

 

La Voix du Nord le 09 juin déplore qu’en plein festival de l'Eau, le concours de pêche « des Pêqueux de l'Amandinois » soit annulé pour cause de pollution. Prévu ce dimanche 13 juin dans la Scarpe à hauteur du Pont de Valenciennes.

« Un de plus pourrait-on dire ! Ils ont décidé hier d'annuler le concours. La cause ? Une grosse pollution en amont, entraînant une mortalité piscicole importante au niveau de l'écluse de Marchiennes-Warlaing.

D'après certaines sources, la pollution viendrait de Flines-lez-Raches, et la station d'épuration serait même incriminée. Beaucoup de pêcheurs en ont marre : « Il y a eu des analyses il y a quinze jours sur un prélèvement de la fédération … Les poissons sont malades à 90 % ! » Exaspéré, il met le doigt où ça fait mal : « C'est quand même avec notre argent qu'on dépollue... On paie sur les factures d'eau, on achète nos permis, on paie nos places ... et on ne peut rien pêcher ! » Il pointe les stations d'épuration qui sont « mortes » selon lui et regrette que les élus ne prennent pas ce dossier plus à cœur.

Dix-neuf tonnes de poissons le ventre en l'air à Warlaing il y a trois ans... « Voilà deux ans, c'était à Saint-Amand »... La coupe est pleine. Espérons que l'ONEMA (office national de l'eau et des milieux aquatiques) mènera rapidement l'enquête. Encore que les pêcheurs n'ont guère d'espoir pour connaître l'origine : « C'est déjà trop tard ! ».

 

paris_01.jpgA Paris, la pollution

 

Dans un article du 03 juin du developpementdurable.com, Hélène Toutchkov nous informe qu’en Ile de France la Seine et la Marne seraient sérieusement polluées aux PCB, d’après l’association Robin des Bois qui fait référence à des analyses réalisées par l’Onema ( Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques ).

La norme européenne fixe une limite maximale de 12 pg/g pour la somme des concentrations en dioxines, furannes et PCB dans la chair des anguilles et de 8 pg/g pour les autres espèces. Au-delà de ces seuils, les poissons doivent être considérés comme impropres à la consommation.

« A Ablon (94), l’anguille atteint les sommets de l’imprégnation ; sans doute un record national avec 301 pg/g », note l’association écologiste. « A Paris 12ème, les brèmes et les gardons dépassent de 3 à 5 fois le seuil réglementaire de conformité », précise-t-elle.

 

pecheur2.PNGAu sud, une embellie

 

Les concours de pêche organisés l'été sur le fleuve étalonnent l'ampleur de l'embellie : « dans les années 50 ils se gagnaient avec 800 g de poisson. Aujourd'hui ils se gagnent avec 30 kg en trois heures ».

Un récent article de La Dépêche ( 09 juin 2010 ) nous apprend que la Garonne à Toulouse va mieux mais que le poisson d'eau douce n'a plus la cote : « le pêcheur au coup se fait rare et, hormis chez les SDF, le consommateur de poisson est rare », résume le directeur de la Fédé. Même si plus personne, ou presque, ne les mange, les poissons de Garonne ont rarement été aussi nombreux à frétiller entre pont Saint-Michel et Pont-Neuf. Mais leurs cousins du canal du Midi et du canal latéral ne se portent pas mal non plus. « l'eau du canal du Midi arrive directement de la Montagne Noire. Et comme son cours suit les courbes de niveau, il est toujours perché et ne reçoit ni affluent ni eau de ruissellement à l'exception de quelques déversements d'eau pluviale dans la traversée de Toulouse. »

Quant au canal latéral qui est alimenté par la prise d'eau de l'embouchure, la qualité de ses eaux s'améliore à mesure que le fleuve gagne en pureté. Du coup, ablettes, goujons, carpes, brochets et même écrevisses américaines ou rouges de Louisiane sont parfaitement consommables en dépit du phytoplancton qui teinte d'un vert peu engageant l'onde des deux cours d'eau. En fait, si personne ne les mange, c'est que les poissons d'eau douce sont passés de mode. Seul le sandre a conservé un peu de crédit parmi les 20 000 pêcheurs de l'agglomération.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Dossoy - dans Pollution des ressources
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean Dossoy
  • Le blog de Jean Dossoy
  • : igepac en Bourgogne. Les actualités sur la gestion de l'eau et l'assainissement des communes de Bourgognne.
  • Contact

AVERTISSEMENT

Des publicités viennent s'incrustrer sur ce blog

sans mon autorisation

Jean Dossoy

Recherche Sur Overblog

Les 4 défis d'igepac

1/  La fourniture de l’eau doit être un service public et sa gestion financière doit être faite par la collectivité. 
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles.
 
3/  Pas de part fixe ( abonnement ).

4/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.

Forum : Archives

Liens