Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:43


 <<  Réagissez, laisser un commentaire après avoir vu cette vidéo.



La quasi-privatisation de la gestion de l'eau du robinet de nos villages est-elle incontournable ? Ou plus exactement, aurions-nous pu l'éviter ?

Au regard d'une même politique de solidarité, nos élus ( la droite en Côte d'Or et la gauche en Haute Garonne, par exemple ) offrent la gestion de notre eau au privé.

Pouvions-nous suivre une  autre voie ?

N'est-il pas trop tard pour suivre une autre voie ?

Apportez vos commentaires, le débat est ouvert.


 

L’eau c’est l’avenir, mais quel avenir ?

 

L’essentiel de la vidéo, ce que les maires ne voulaient pas dire à leurs administrés.

 

par Henry Julien

 

Président de la Commission Aménagement du territoire Economie Agriculture et Développement durable du Conseil Général ( eau, assainissement et traitement des déchets )

 

Henri JULIEN est aussi                           

Conseiller général du canton d'Aignay-le-Duc

et Président de la Communauté de Communes du Pays Chatillonnais,

Président du Pays Chatillonnais du canton d'Aignay le Duc,

et Maire de Minot et encore .... , le parfait homme politique de notre pays.
Ecoutez le, vous ne serez pas déçu.

 


L'action globale du Conseil Général
( donc sur tout le département ) comprend :

 

-         la ressource

-         la quantité

-         et la qualité de l’eau

 

La création d’un plan départemental de l’eau 

( budget annuel de 5 millions d’euros )

 

Pourquoi un tel plan ? Des communes ont des ressources en eaux qui ne sont pas suivies, pas traitées et l’eau dans certains endroits venaient à manquer. De plus les petites communes auront des difficultés pour rénover ou maintenir la qualité de leurs réseaux d’eau.

 

Dans un premier temps il a été fait une étude des lieux des ressources en eaux sur toute la Côte d’Or.

 

Ensuite des réunions avec les maires et les présidents de syndicat ont eu lieu pour voir comment on pourrait s’organiser l’ensemble du département.

 

C’est ainsi que le département s’est fixé des points sur lesquels il faudra s’appuyer pour collecter l’eau pour desservir les communes.

 

« Les priorités sont que maintenant on ne laissera plus faire n’importe quoi.

 

Il y aura des réseaux collectifs qui seront faits, des raccordements qui seront faits sur des points très précis.

 

Comme ça nous aurons un meilleur prix de l’eau qui sera mieux réparti.

 

En Côte d’Or il y a aujourd’hui des communes qui payent  4 ou 5 €  le m3 et des communes qui ne payent pas l’eau.


( un détail igepac : le m3 peut atteindre 250 € en Bourgogne ! Oui, monsieur Henry Julien, 250 € et 20 € le m3 est un prix courant dans nos campagnes ! Dans quelle commune l'eau est-elle gratuite ? )
 

L’eau n’appartient à personne, l’eau appartient à tout le monde. »

( une phrase qui demande un autre débat et qui, dans ce contexte, prête à sourire )
 


Un autre domaine d’intervention du Conseil Général : l’assainissement.

 

Les petites communes n’auront pas les moyens de faire un assainissement collectif, les assainissements devront être individuels. C’est le SPANC qui interviendra sur l’ensemble du département. 


Le SPANC, Service Public de l'Assainissement Non Collectif, serait donc géré par le département, nous pourrions donc avoir une bonne nouvelle. L'anarchie que l'on voit fleurir dans de nombreux départements serait ainsi évitée en Côte d'Or ? Une confirmation officielle s'impose. Espérons que les conséquences des décisions prises seront sérieusement analysées et en totalité !

 

 

Le Conseil Général a signé une « convention avec la Chambre d’Agriculture pour les produits (phyto)sanitaires qui sont employés pour le traitement des terres autour des captages.

 

 

 


Deuxième intervenant
 : Jean François Ingargiola

Directeur du service Agriculture et Environnement du Conseil Général

 

Un bon exemple sur la protection des ressources en eau, sur 250 ha de surface agricole.


 

 

Troisième intervenant : Gilles Demontalembert président du syndicat des eaux de Semur en Auxois

et maire de la Roche en Brenil,
vice-président de la communauté de communes de Saulieu

et vice-président du Comité Local de l’eau.

-    Docteur en Hydrobiologie

et expert en développement rural et aquacole auprès d’instances internationales et encore ... .

Le lac de Pont ( à côté de Semur ) avec ses 6 millions de m3 et son usine de traitement par microfiltration.

Le syndicat c’est « 500  km de réseau qui permettent à chacune des communes et chacun des lieux perdus de notre territoire rural d’avoir de l’eau de très très bonne qualité. »

 

Le Conseil général est un partenaire incontournable du syndicat, depuis qu’il a pris  la mesure du problème. … le syndicat joue la solidarité avec des communes qui ont un manque d’eau ou des ressources polluées  … pour une vision commune à long terme.

 

Le Conseil Général aide beaucoup les communes pour les captages, les interconnexions ( la meilleure sécurisation sur l’ensemble du département ) et les préservations des ressources comme au lac de Pont : le Conseil Général a fait une étude pour garantir et pérenniser le périmètre de proctection de la ressource.

 

 

 


Avec de la pédagogie et un meilleur partage du « gâteau » ( ou des dépenses ) la quasi-privatisation de notre eau aurait peut-être été mieux acceptée.

 

Mais la solidarité a ses limites ! Ici les citadins demandent aux villageois de prendre à leurs charges la pollution agricole, car il est de notoriété publique que l’Agriculture ne nourrit pas les gens des villes !

 
_________________________________ 


Les interconnexions créent de grosses structures qui vont coûter cher et la gestion de l'eau ne sera plus possible par les élus. La gestion se fera par les fermiers ( Lyonnaise, Saur & Cie ) et la qualité de l’eau ne sera pas garantie pour autant, c'est un constat.

N.B. : les syndicats des eaux de nos campagnes sont gérés par les fermiers, c'est un autre constat.

Ces constats sont faits, par exemple, en comparaison avec l’alimentation du lac de Chamboux.


Les eaux stagnantes, provenant des pluies et des rivières plus ou moins polluées et parcourant des dizaines de km ( donc mettant un certain temps ) ne sont pas un gage de pureté. 
 

......

Alors pourquoi et pour qui toute cette politique, pour une eau qui ne sera pas bue, une eau qui va être destinée pour l'essentiel aux wc !

Nous reviendrons sur le contenu de ces déclarations.


A suivre.
  

Jean Dossoy

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Dossoy - dans Vidéo & Audio
commenter cet article

commentaires

CHARLES 23/11/2009 21:19


Les auteurs de la vidéo du Conseil Général ont été formés à mon avis sous le régime du Maréchal Pétain.La mise en scène des élus, les questions soigneusement préparées ,tout évoque la propagande du
Régime de la Capitulation.
JC, un ancien de la SAUR...


Max23 20/10/2009 16:49


On ne soigne jamais la cause de nos maux sociaux, ça oblige à réfléhir !


Pierre 20/10/2009 16:55



Pas le temps de réfléchir, trop occupés et ils ne veulent surtout pas partager leur pouvoir, ce ne sont que de simples Hommes !



bernard BARRERE-BATTAGLIO 20/10/2009 10:01


Bonjour à tous. Dans le 31 nous nous sentons moins isolés de vous. Nous aussi nous faisons l'objet d'une véritable main mise du conseil général sur l'eau et l'assainissement avec le SMEA
départemental.Super génial pour la suite.


Jean 20/10/2009 14:54



Merci aux amis du 31.
IL y a en réserve quelques parts du " gateau " assez savoureuses.



Présentation

  • : Le blog de Jean Dossoy
  • Le blog de Jean Dossoy
  • : igepac en Bourgogne. Les actualités sur la gestion de l'eau et l'assainissement des communes de Bourgognne.
  • Contact

AVERTISSEMENT

Des publicités viennent s'incrustrer sur ce blog

sans mon autorisation

Jean Dossoy

Recherche Sur Overblog

Les 4 défis d'igepac

1/  La fourniture de l’eau doit être un service public et sa gestion financière doit être faite par la collectivité. 
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles.
 
3/  Pas de part fixe ( abonnement ).

4/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.

Forum : Archives

Liens