Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 10:00

pollution-loue-0ATous les jours on nous rabâche que la pollution diminue, que les rivières se repeuplent et tous les jours de nouvelles pollutions sont dévoilées ( des saumons dans la Seine puis des médicaments et des PCB dans la Seine, … ). Des eaux claires et limpides peuvent être mortelles, la preuve. 

 

Il est avéré que la Loue subit une sévère pollution par des cyanotoxines, c’est un constat officiellement reconnu. Il faut attendre les résultats d’investigations menées par les services de l’Etat, qui permettront peut être de connaître l’origine de cette pollution et ses impacts sur le milieu naturel.

 

De toute évidence, il y a le « feu à la Loue ». Le degré de pollution est tel, qu’une simple variation d'un élément ( température, polluant, ... ) du milieu aquatique déséquilibre l’écosystème. Cet été va servir de test sur le niveau de pollution ou faudra-t-il attendre encore plus de pollutions ?

 

La Loue, patrimoine national

  truite-ombre

Eutrophisation et cyanotoxines sont la conséquence d'un excès d'azote, de phosphore dû à des activités humaines non contrôlées. Cette pollution des cours d'eau , accompagnée de nombreux autres rejets polluants contrôlés ou non, ne permet plus au pêcheur de consommer ses rares prises. En un demi siècle, l'Homme à détruit tout un écosystème. L'espoir d'un changement du genre humain, pour devenir raisonnable, n'est pas pour demain et pendant ce temps nos rivières vont subir encore de nombreuses pollutions au grand désespoir des pêcheurs.

 

Aujourd’hui la pollution de la Loue est fortement médiatisée car c’est c’était une magnifique rivière, hors catégorie ( truites et ombres ). Souhaitons que de sérieuses mesures soient prises rapidement ( le département et la région ont des intérêts touristiques à préserver ) et souhaitons surtout que la dépollution ne s’apparente pas à celle des rivières de Bretagne.  

« Va-t-on encore choisir le curatif aux frais du contribuable et du consommateur d'eau ?

Ou bien poser le problème dans sa complexité et arrêter la fuite en avant dans les technologies de traitement lourdes, et chères ? »

Besançon puise une partie de son alimentation en eau potable dans la Loue. La politique de la ville a toujours voulu répondre positivement à la deuxième question. Mais pour combien de temps encore une telle politique peut-elle survivre en garantissant une eau du robinet de qualité ?

Souhaitons le miracle, miracle possible si les intérêts de chacun veulent bien converger pour sauvegarder un vrai patrimoine national.

Bonne chance, Madame La Loue. Dommage que nos rivières de France n’aient pas toutes la notoriété de Madame.

_____________________________

 

INTERDICTION de consommer le poisson de la Loue

 

En concertation avec le Préfet, le Président du Conseil Général du Doubs a réuni le 21 mai l'ensemble des acteurs locaux concernés par ce dossier afin d'initier un échange global sur cette situation.

Après recueil de tous les avis nécessaires et sur le fondement des préconisations de l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), le Préfet du Doubs a décidé de prendre ce jour :

• un premier arrêté d'interdiction de consommation de toutes les espèces de poissons pêchés dans la rivière Loue depuis sa source jusqu'au barrage de Quingey. La pratique de la pêche reste autorisée mais avec l'obligation de remettre vivants à l'eau les poissons pêchés,

• un second arrêté interdisant l'utilisation de l'eau de la rivière Loue pour l'abreuvement du bétail.

La liste des communes concernées par ces arrêtés est la suivante :

 

Amondans,

Cademène,

Cessey,

Charnay,

Châtillon-sur-Lison,

Chenecey-Buillon,

Chouzelot,

Cléron,

Courcelles,

Lizine,

Lods,

Montgesoye,

Mouthier-Haute-Pierre,

Ornans,

Ouhans,

Quingey,

Rouhe,

Rurey,

Scey-Maisières,

Vorges-les-pins,

Vuillafans.

_____________________________

 

Dans cet article nous indiquons quelques repères pour découvrir ce que sont les bactéries responsables de cette nouvelle pollution.

 

Pollution par les cyanotoxines

 

Dans certains cas, les cyanotoxines présentent un risque, c’est le cas de la Loue. Des poissons morts et des cyanobactéries formant des cyanotoxines qui rendent l'eau impropre à la consommation sont des signes de vieillissement prématuré du milieu aquatique en raison d'activités humaines. La présence d’algues, de mousses sur le lit d’une rivière à truites ( avec un bon débit ) est également un signal inquiétant.

Cette pollution dans les grands lacs canadiens a commencé à être prise au sérieux il y a moins d’une dizaine d’années lorsque des milliers de poissons ont été retrouvés morts. « Il est possible que des décès massifs de poissons surviennent dans les années à venir » indiquait, au Canada, le ministère des Ressources naturelles dans un communiqué émis au début du mois d'août 2006.(1)

 

Les cyanobactéries cyano-0

Un genre de bactéries dont la diversité fait penser aux champignons, tant par leurs nombreuses formes que par leurs toxicités. Elles sont pratiquement ignorées par les services sanitaires bien que certaines peuvent être dangereuses.

 

Aussi appelées cyanophycées, algues bleues ou algues bleu-vert, ce sont des microorganismes à mi-chemin entre les bactéries et les algues, présentes sur Terre depuis plus de trois milliards d’années. Elles se démarquent des autres bactéries du fait qu’elles sont capables de faire de la photosynthèse, c’est-à-dire profiter de l’énergie solaire pour croître. En ce sens, elles ressemblent donc plus à des végétaux.

Il existe de nombreuses espèces de cyanobactéries plus ou moins nocives et peuvent avoir différentes couleurs et textures ( filaments, mousses, … ). Les cyanobactéries sont présentes à l’état naturel dans tous les plans d’eau. Lorsqu’elles se développent en masse, les cyanobactéries forment des concentrations denses et visibles à l’œil nu, que l’on nomme efflorescences, bloom d’algues ou fleur d’eau.

Les cyanobactéries profitent de conditions altérées d’un plan d’eau, dont la présence d’une concentration anormalement élevée de phosphore et d’azote. Certaines cyanobactéries produisent des toxines. Mais d’autres ont des propriétés thérapeutiques dans des bains de boue. Certaines espèces comme la spiruline constituent également un très bon complément alimentaire.

 

Pourquoi les cyanobactéries sont-elles si dangereuses ? (2)

 

Les cyanobactéries sont considérées comme potentiellement très dangereuses en raison des puissantes toxines que certaines espèces peuvent produire et relâcher dans l’eau. On nomme ces toxines des cyanotoxines. C'est la cause de la pollution de la Loue. Or, ces toxines sont potentiellement pathogènes et peuvent même être mortelles pour plusieurs espèces vivantes, dont les humains. Certaines cyanotoxines peuvent s’attaquer au foie, d’autres au système nerveux, d’autres encore peuvent causer des irritations des muqueuses ou de la peau ou bien avoir des effets allergiques. Les premiers symptômes d’une atteinte aux cyanotoxines ressemblent à ceux de la gastro-entérite. Il est donc primordial d’éviter tout contact et toute ingestion d’eau présentant une efflorescence de cyanobactéries.

Dans les usines de traitement d’eau potable, les cyanotoxines sont moins bien retenues que les cyanobactéries. Le charbon actif serait assez efficace pour éliminer ces bactéries et donc moins efficace pour éliminer les cyanotoxines.

 

L’avis de l’AFSSA-AFSSET, rapport 2004 (3)

 

Ce rapport est un avis qui met l’accent sur les lieux de baignades, suite à la sécheresse de 2003 ( en Auxois, l’été 2010 donne certains signes alarmants suite à un manque de pluie et des sources sont déjà taries avec deux mois d’avance, le faible débit des rivières est un facteur aggravant de l’eutrophisation par prolifération d’algues ).

« La caractérisation des effets toxiques de ces molécules reste donc très lacunaire :

• une seule valeur toxicologique de référence (VTR) a été proposée par l’OMS, pour la microcystine-LR. Elle repose sur une expérimentation de 13 semaines chez la souris et conduit, après application d’un facteur de sécurité de 1000, à une dose journalière tolérable de 0,04 μg par kilo et par jour, par voie orale pour une exposition vie entière ;

• aucune relation dose-effet ou dose-réponse concernant les effets aigus des différentes cyanotoxines n’est disponible ;

• l’évaluation de la toxicité chronique des « chefs de file » de certaines familles de toxines a juste débuté. »

En conclusion, c’est une nouvelle pollution pour certaines rivières dont on ne connaît pas encore les réelles conséquences.

 

La cause : la présence d’un excès de phosphore

 

Cela paraît être l'un des deux principaux facteurs de contrôle des proliférations de cyanobactéries, puisqu'elles peuvent fixer et assimiler directement l'azote de l'air. Selon l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne, le phosphore est à 65 % d'origine agricole, le reste (35 %) provenant d'une origine urbaine (seulement 25 % en Bretagne pour d'autres organismes). La fraction urbaine de phosphore est issue environ pour moitié de nos déjections et pour moitié des lessives.

Plutôt que déphosphater les effluents des stations d'épuration, mieux aurait valu généraliser les lessives sans phosphates. Certains pays voisins l'ont fait et s'en trouvent bien.

Quant au phosphore d'origine agricole, les engrais et les lisiers excédentaires en sont les principaux pourvoyeurs. Les épandages ont sursaturé les terres par rapport aux besoins agronomiques et le phosphore s'y accumule fortement. Les traitements de lisier proposés sont généralement focalisés sur l'extraction de l'azote, ce qui ne diminue évidemment pas l'excédent de phosphore.

 

Les normes sanitaires

 

Dans la plupart des pays, des normes existent avec des teneurs et seuil pour les toxines. En France, une seule norme limite la microcystine LR à 1 μg/l.  Mais toute prolifération phytoplanctonique impose une recherche de microcystine dans les eaux brutes ( type de cyanotoxine le plus étudié à ce jour, et contenant plus de soixante-dix variantes constituées de sept acides aminés ). 

___________________________________ 

 

Sources et informations complémentaires

 

Sur les cyanobactéries

(1)  http://www.lejacquescartier.com/article-41120-Le-lac-SaintJoseph-vieillit-prematurement.html

(2) http://www.memphremagog.org/fr/lexique.php?id=32

(3) l’avis de l’AFSSA-AFSSET ( 194 pages )

http://www.afsset.fr/upload/bibliotheque/956281926257495258460016195562/06_cyanobacteries_rapport_afsset.pdf

l’avis de l’AFSSET ( 2 pages )

 http://www.afsset.fr/upload/bibliotheque/756098543019889557011970754669/06_cyanobacteries_avis_afsset.pdf

http://www.snv.jussieu.fr/vie/dossiers/cyano/cyanobacteries.html

http://pays-de-la-loire.sante.gouv.fr/envir/sebgcyano_sommaire.html

http://www.ecosociosystemes.fr/cyanophycees.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cyanobacteri

http://fr.wikipedia.org/wiki/Microcystine

 

Sur la pollution de la Loue

http://www.franche-comte.pref.gouv.fr/articles/A-la-une-du-site/pollution-de-la-loue-h368.html

http://www.macommune.info/actualite/pollution-de-la-loue-les-verts-reclament-des-decisions-difficiles-et-impopulaires--14263.html?flag=verif#commentaires

http://www.gobages.com/forum-mouche/read.php?11,333612,389079#msg-389079

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/info/franche-comte/ornans-25--plainte-contre-x-apres-la-pollution-62795653.html

http://www.lepays.fr/fr/article/3178958/Pollution-le-president-se-fache.html

http://www.estrepublicain.fr/fr/grand-est/franche-comte/info/3236487-Franche-Comte-il-faut-guerir-la-Loue

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Dossoy - dans Pollution des ressources
commenter cet article

commentaires

le moucheux 12/06/2010 13:37


En vérité, on ne sait rien ni de la nature, ni de l'origine de la pollution. L'arrèté préfectoral s'applique à la rivière de sa source jusqu'à Quingey, mais un dépot de plainte de la cpepesc pour
pollution de la rivière qui date déjà de Novembre dernier pointe du doigt une source à Lods.
Quand aux cyanobactéries qui tapissent la rivière depuis des années, elles ne sont que le signe d'une forme de pollution parmi d'autres. Il est curieux de constater qu'elles n'ont pas provoqué de
mortalité significative au cours des périodes de chaleures estivales et d'étiage de ses dernières années, pour se réveiller brutalement et quasi exterminer les populations de salmonidés en Avril et
Mai ou les conditions sont plus favorables aux poissons (d'avantage d'oxygène dissout dans l'eau)


Jean Dossoy 12/06/2010 17:58



Voir ce récent article


http://www.macommune.info/actualite/pollution-mobilisation-generale-au-chevet-de-la-loue-14679.html



Présentation

  • : Le blog de Jean Dossoy
  • Le blog de Jean Dossoy
  • : igepac en Bourgogne. Les actualités sur la gestion de l'eau et l'assainissement des communes de Bourgognne.
  • Contact

AVERTISSEMENT

Des publicités viennent s'incrustrer sur ce blog

sans mon autorisation

Jean Dossoy

Recherche Sur Overblog

Les 4 défis d'igepac

1/  La fourniture de l’eau doit être un service public et sa gestion financière doit être faite par la collectivité. 
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles.
 
3/  Pas de part fixe ( abonnement ).

4/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.

Forum : Archives

Liens